Navigate / search

Samedi en famille à Chevetogne

Mi-mars, Yann était invité à prêcher à Libramont, une destination régulière dans notre famille comme en témoignent ces photos. Mais voilà, cette année, on fête nos dix ans de mariage (what?) et on a décidé de profiter de l’occasion pour passer un week-end en Ardennes. Yann s’est chargé du programme du samedi et de nous trouver un endroit pour dormir, j’ai organisé le pique-nique, les valises et la mini-trousse de secours (qui s’est encore une fois avérée incomplète, il faut toujours qu’on oublie un truc !).

Nous avons donc quitté la maison à 9 heures (au lieu de 8 heures) le samedi matin, le temps était maussade (je n’arrive pas à me rappeler d’une sortie à cinq qui ait été ensoleillée, c’est grave) et les parents espéraient que les enfants dorment pour un trajet qui s’annonçait long (raté, on en a endormi un sur trois). Une heure dix plus tard, apercevant un panneau indicateur pour le domaine provincial de Chevetogne, je lance un joyeux : « Eh ! C’est là que j’ai appris à monter à cheval quand j’étais gamine ! » C’était en réalité notre destination du jour.

Chevetogne, pour moi, c’était des chalets-tentes en bois, un grand bâtiment pour le réfectoire, la salle cinéma dans laquelle  je me souviens avoir regardé une diffusion VHS de Sister Act 2 (le coup de vieux !), les sanitaires,… et bien sûr le manège où l’on se rendait à pied (ou en mini-bus ?) J’avais bien conscience des bois aux environs, après tout, ça s’appelait « domaine provincial », mais je suis tombée de haut quand, en mars 2018, j’ai découvert l’étendue du lieu :

plan_chevetogne_web

Je suis donc tombée des nues, et puis il a fallu trouver l’endroit où on allait se poser. Les nuages étaient menaçants, mais on a quand même eu droit à trois heures pour découvrir une (toute petite) partie du domaine. Comme on est venus en hors-saison, l’entrée et l’accès aux plaines de jeux était gratuit, mais toutes les buvettes/restaurants (sauf celui de l’hôtel) et quelques attractions étaient encore fermées. Comme dirait Yann, on est venus « en reconnaissance » et quelque chose me dit qu’on viendra passer quelques jours dans un chalet familial dès qu’on le pourra.

On s’est d’abord arrêtés à la grande plaine de jeux.

web-7474
web-7481
web-7483
web-7488
web-7491
web-7497
web-7534
web-7537
web-7541-2

On a repris la voiture et on est passés devant les fameux chalets où j’avais dormi, on a vu le grand bâtiment. En fait, il s’agit du centre qui accueille les écoles en « classe de forêt » (et certainement les différents stages sportifs et nature qui ont lieu pendant les vacances).

On a fait un tour dans les cabanes perchées avec Daniel et Loïs pendant que Yann et Logan dormaient dans la voiture.

web-7545
web-7547
web-7552
web-7553
web-7555
web-7556
web-7560
web-7562
web-7566
web-7567
web-7568
web-7570

On avait prévu de visiter un ou deux jardins, de monter sur l’énorme Cheval Bayard en bois (une structure de jeux pour les enfants), on est passés juste à côté de la plaine du Bout du monde avec Daniel, mais le temps de rejoindre Yann, Loïs et Logan pour leur proposer une balade le long du lac qui nous permettrait de combiner cette plaine de jeux (thème Robinson Crusoé) et sa sœur du Far-West, la Mine d’or oubliée, il a commencé à pleuvoir. On a bien essayé de convaincre les deux grands de jouer quelques minutes sur le Zugspitze (une grande structure qui comporte un toboggan), mais peine perdue. Alors, on a repris la route. Sans s’arrêter, on a traversé la Comté et on a vu la maison de Bilbon le Hobbit.

web-7573

On a fait un crochet par le manège et j’ai eu à nouveau 10 ans en apercevant les écuries. On est descendus de la voiture quelques minutes pour jeter un œil à la Ferme des Petits, mais elle n’était pas ouverte hors saison, alors on a regardé des moutons qui bêlaient très fort. Et on a croisé une voiture qui ressemblait à ça :

1973_Chevy_Impala_side

***

Puis, on a quitté Chevetogne pour rejoindre notre gîte pour la nuit. Le haras accueillait également des chevaux en pension, pour la grande joie de nos enfants. On a sécurisé le poêle à pellets et les escaliers pour Logan (qui n’en faisait qu’à sa tête et contournait les obstacles), on est sortis au restaurant en famille, sans oublier de passer acheter des vivres pour le petit-déjeuner du lendemain. Le dimanche, notre table était bien garnie.

web-7576
web-7580
web-7583
web-7587
web-7590
web-7591
web-7594

Leave a comment

name*

email* (not published)

website